Notre assistance est disponible 24h/24 7j/7 en cliquant ici 

ON PARLE DE NOUS DANS LA PROVENCE : Santé : comment les outils numériques permettent de gérer la crise du coronavirus ?

Fabien Cassar journaliste à La Provence s’est penché sur le sujet du Coronavirus en interrogeant, le Dr Pierre Kovalevsky, Médecin Urgentiste du Centre Hospitalier de Bagnols sur Cèze.

Les équipes de Softway Medical sont mobilisées depuis le début de la crise pour répondre aux attentes des soignants dans leur ensemble. Une contribution citoyenne avant tout, qui facilite la gestion de cette crise aux professionnels de santé.

Merci à La Provence pour cet article que vous pouvez retrouver juste en-dessous :


SANTÉ : COMMENT LES OUTILS NUMÉRIQUES PERMETTENT DE GÉRER LA CRISE DU CORONAVIRUS ?

 

Santé : comment les outils numériques permettent de gérer la crise du coronavirus ?

Par Fabien Cassar

Grâce au dossier patient informatisé, l’hôpital peut mieux gérer l’afflux de malades.

Partout, les patients continuent de franchir les portes des centres hospitaliers de l’Hexagone. A chaque passage, lorsque vous vous présentez aux admissions, vous agrandissez la base de données de l’hôpital qui vous accueille. Depuis plus de dix ans, la digitalisation des dossiers patients est devenue le quotidien des soignants. Cette expérience est primordiale dans un moment de crise sanitaire comme celui que nous vivons en ce moment.

Dans le Centre Hospitalier Louis Pasteur de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, où exerce le Docteur Pierre Kovalevsky, médecin urgentiste et responsable du dossier patient informatisé (DPI), ces derniers jours ont permis de faire un bond significatif dans la digitalisation de l’hôpital. « La crise actuelle nous a montré que nos outils digitaux sont à la fois déterminants et adaptés à un événement de cette ampleur et, grâce à notre expérience de dix années dans le DPI, nous avons su nous adapter très rapidement », explique-t-il.

Comme tous les établissements de santé du pays, le CH Louis Pasteur a dû pousser les murs pour créer des lits de réanimation. « On a adapté un service de réveil en un service de 11 lits de réanimation en trois jours. Ce changement a des conséquences au niveau informatique, puisqu’il a fallu adapter nos paramétrages afin de pouvoir gérer les dossiers des patients qui allaient intégrer ce service. On a construit un système de surveillance informatique adapté », précise Docteur Pierre Kovalevsky.

Des outils numériques pour suivre les patients à distance 

Equipé d’un système d’information conçu par l’éditeur de logiciels Softway Medical, le médecin urgentiste a travaillé main dans la main avec les ingénieurs provençaux pour mettre sur pied et déployer un système de surveillance des patients atteints du Covid-19 aussi bien au sein de ses services qu’en-dehors des murs de l’hôpital. « Avec notre partenaire informatique, nous avons adapté nos logiciels pour relever le défi. Dans les services de l’hôpital, on visualise tout de suite dans nos outils si un patient est positif ou suspect au Covid-19. Nous sommes plus efficients car nous pouvons surveiller et sommes alertés quasiment en temps réel de l’évolution de l’état des patients infectés ».

Les patients en réanimation sont donc surveillés minute après minute par les soignants. Mais quid des nombreux patients asymptomatiques qui ne souffrent pas d’une forme avancée de la maladie et qui rentrent chez eux ? Là aussi, les outils informatiques se sont adaptés à la situation en permettant de nouveaux usages pour suivre les patients à distance : questionnaires de suivi, autosurveillance et rappels par SMS, documentation numérique d’information et de recommandations à suivre… Le tout accessible en ligne et sur smartphone via un espace patient numérique.

« Nous avons à notre disposition une solution de coordinationPierre Kovalevsky CH Bagnols sur Cèze affichant, sous forme d’un tableau récapitulatif, l’ensemble des patients que nous devons rappeler pour surveiller leur état de santé. Certains patients complètent eux-mêmes leur questionnaire de suivi depuis leur domicile. Nous avons mis en place le questionnaire validé par le ministère de la Santé pour réaliser la surveillance à distance. Les suivis se font à J+3, J+7 et J+14 : en fonction de l’état de santé des patients, on adapte leur prise en charge », indique Pierre Kovalevsky.

Une nouvelle ère pour les hôpitaux ?

En plus de réduire de manière drastique les problèmes d’identification des patients, les DPI permettent aux différents services de l’hôpital de s’échanger rapidement les informations sur leurs patients. « Il faut imaginer qu’il y a encore quelques années, on devait chercher aux archives une radio. Aujourd’hui, les services de radiologie et de chirurgie sont interconnectés grâce à ce maillage informatique. C’est un vrai plus et ça soulage le personnel hospitalier« .

Pourtant, l’usage de ces services informatiques n’est pas une évidence pour tous les professionnels de santé. Mais la crise que nous vivons est un très bon exemple d’efficacité de l’outil. « Il reste encore des confrères un peu réfractaires au tout digital, mais les choses changent. Cette crise nous fait gagner du temps sur les évolutions de ce service. Par exemple, dans mon établissement, nous avons développé la mise en ligne du certificat de décès. C’était une évidence pour combattre la crise. Sans cet événement, il aurait peut-être fallu un petit moment avant de pouvoir généraliser cet outil”, souligne Pierre Kovalevsky.

Si la crise va marquer les esprits de tous les personnels soignants, elle aura des bénéfices pour le fonctionnement des hôpitaux. « Tout ce que nous mettons en place aujourd’hui doit perdurer. Je pense aux questionnaires de suivi pour les patients susceptibles d’avoir le Covid-19. On pourrait adapter cet outil pour les patients pris en charge en chirurgie ambulatoire ou également en rééducation, qu’on perd parfois un peu de vue, alors qu’ils ont besoin d’un suivi précis après leur opération ».

Interrogé, Softway Medical, l’éditeur de solutions logicielles en santé, nous a confirmé que sa solution VH Manager (module de suivi et de télésurveillance des patients) nativement intégrée au Dossier Patient Informatisé, sera en mesure de proposer de nouvelles adaptations pour répondre aux besoins des soignants.

Le monde de la santé était attendu au tournant en 2022. Avec le plan Ma Santé 2022 du gouvernement, la numérisation de l’hôpital était une priorité. « On a fait un bond dans le temps… », s’enthousiasme Pierre Kovalevsky. Il reste encore développer de nouveaux outils et services, à commencer par la création de passerelles numériques entre l’hôpital et la médecine de ville. Certains projets sont déjà lancés comme le Dossier Médical Partagé, mais encore trop peu de Français s’y intéressent. Personne ne peut prédire l’avenir, mais une chose est sûre, le passage du Covid-19 sur le territoire français a fait basculer le monde hospitalier dans l’univers 2.0. et les éditeurs de solutions logicielles santé, ces industriels également plongés au cœur de cette crise sanitaire, sont des acteurs clés pour répondre de manière réactive à ces nouveaux enjeux.