Interview de Gilles Juin, Directeur de la division établissement, publiée dans TIC Santé, le 29 juin 2018

AIX-EN-PROVENCE, 29 juin 2018 (TICsanté) – Figurant parmi les derniers éditeurs à avoir adressé le marché de l’informatique hospitalière, Softway Medical compte sur la « profondeur fonctionnelle » de son logiciel Hopital Manager* pour accroître sa présence dans le secteur public afin de devenir « la première alternative » aux acteurs historiques des systèmes d’information hospitaliers (SIH), a expliqué le directeur de la division établissements de l’éditeur, Gilles Juin, dans un entretien à TICsanté.

Créée en 2006 et basée à Aix-en-Provence, la société Softway Medical s’est d’abord développée sur le marché de l’informatique des cabinets de radiologie privés, avant d’adresser à partir de 2009 le secteur hospitalier.

Son logiciel phare, le dossier médical Hopital Manager*, couvre les activités MCO (médecine-chirurgie-obstétrique), SSR (soins de suite et de réadaptation), PSY (psychiatrie), et HAD (hospitalisation à domicile).

Il affiche actuellement 900 sites clients et plus de 160.000 lits informatisés dans les cliniques privées, les hôpitaux publics et les établissements de santé privés d’intérêt collectif (Espic). On peut citer parmi ses références les groupes privés Orpea, Korian, Ramsay-Générale de santé et Capio, ainsi que la Croix-Rouge française et la MGEN.

Dans le secteur public, l’éditeur compte « une cinquantaine de grands comptes », a indiqué Gilles Juin. On y trouve par exemple les CHU de Poitiers et de Lille, les CH de Tourcoing, de Saint-Dié-des-Vosges et de Bagnols-sur-Cèze (Gard).

Au-delà du DPI, Softway Medical affiche plus de 200 références hospitalières du secteur public utilisatrices de ses logiciels pour la gestion des blocs opératoires, de la stérilisation ou le stockage et l’archivage de l’imagerie médicale (Pacs Synapse*).

Dans un contexte de forte concurrence des éditeurs et de mutualisation de la fonction informatique dans les groupements hospitaliers de territoire (GHT), le secteur public reste « un marché de croissance » pour Softway Medical qui compte profiter d’être parmi les deniers éditeurs à s’être lancé sur ce segment pour grignoter des parts de marché à ses concurrents.

Pour ce faire, Gilles Juin a expliqué miser sur la « richesse » d’Hopital Manager* qu’il décrit comme « le seul logiciel de dossier patient nativement full web multi-entités juridiques et multi-établissements » couvrant tous les types d’activités (MCO, SSR, PSY), ainsi que la gestion des urgences, des lits et le PMSI (programme de médicalisation des systèmes d’information).

L’éditeur propose également un catalogue de services pour le lien entre ville et hôpital, avec des espaces dédiés pour les patients et les différents professionnels de santé.

Pour les structures qui ne souhaiteraient pas passer directement à un dossier patient informatisé (DPI) unique, Softway Medical propose l’outil GHT Manager* qui permet d’agréger les données issues de différents logiciels dans une première étape de la convergence hospitalière exigée dans les GHT.

Méthode de déploiement et d’intégration

Gilles Juin a mis en avant l’expérience de Softway Medical sur les déploiements d’outils informatiques sur plusieurs établissements de santé, issue de sa présence depuis 10 ans dans des groupes de cliniques privées.

Il s’est ainsi félicité du déploiement en cours d’Hopital Manager* dans 73 établissements du groupe Korian, qui doit être réalisé « en 24 mois ». Pour un GHT, déployer un logiciel de dossier médical est « possible entre 6 et 24 mois » selon la taille du groupement, a estimé Gilles Juin.

Il a expliqué cette rapidité des installations par le fait que Softway Medical soit à la fois éditeur et intégrateur, et qu’il bénéficie d’une méthode de déploiement rodée sur plusieurs groupements hospitaliers. Elle consiste à travailler avec les établissements à « l’unification et l’harmonisation des modes de travail » pour bâtir un « core model« , ou « tronc commun », du DPI qui « réponde à 70% ou 80% des situations rencontrées dans le GHT », a détaillé le directeur de la division établissements de Softway Medical.

« Du coup, à chaque fois que l’on déploie un nouveau site d’un groupement, le travail de paramétrage et d’adaptation aux spécificités de la structure est largement réduit », a-t-il poursuivi.

Premières consultations remportées dans les GHT

Softway Medical a déjà remporté trois consultations de marché réalisées par des GHT, et anticipe de se positionner sur « une bonne dizaine d’appels d’offres par an dans les trois années qui viennent », a souligné Gilles Juin.

En 2017, il a remporté le marché du DPI unique sur le GHT de Lozère qui rassemble 14 établissements. En mai dernier, il a annoncé avoir remporté l’appel d’offres du GHT de l’Union hospitalière de Cornouaille dans le Finistère, qui compte 3.100 lits et comprend notamment un établissement public de santé mentale (EPSM Gourmelen).

Agréé pour l’hébergement des données de santé (HDS), Softway Medical propose aux établissements d’assurer l’hébergement de tout ou partie de leurs applicatifs métiers. « Environ la moitié de notre parc est actuellement hébergé chez nous », a précisé Gilles Juin.

Concernant la problématique du coût des logiciels pour les établissements de santé sous forte contrainte budgétaire, il a mis en avant le paiement à l’usage proposé par Softway Medical à travers le mode SaaS (Software as a Service) et le développement d’un « modèle hybride » de paiement. « Nous sommes capables de vendre en mode investissement, en mode fonctionnement, mais aussi d’avoir un modèle qui mixe les deux », a-t-il précisé, donnant l’exemple d’une structure qui souhaiterait déporter une part de ses investissements sur ses dépenses de fonctionnement, ou l’inverse.

Acquisitions, recherche et développement

Softway Medical prévoit pour l’année 2018 un chiffre d’affaires (CA) de 45 millions d’euros, contre 36 millions d’euros réalisés en 2017. Il profite d’une croissance annuelle « d’environ 15 à 20% par an » et « vise à dépasser les 60 millions de chiffre d’affaires » d’ici fin 2020, a relevé Gilles Juin.

Il a ajouté qu’un quart du CA était réinvesti chaque année en R&D, ce qui permet à l’éditeur d' »intégrer les dernières innovations technologiques ». Gilles Juin a par exemple cité le développement d’un outil de gestion populationnelle permettant de visualiser la « ligne de vie » des patients atteints de maladie chronique afin de le « resituer dans un parcours » et lui « rappeler ce qu’il va devoir faire dans le suivi de sa maladie dans les prochains mois ».

Softway Medical emploie actuellement 430 personnes, dont 150 en R&D. Des recrutements sont en cours pour atteindre les 500 collaborateurs à la fin de l’année.

L’éditeur entend aussi tirer profit de ses résultats positifs pour des opérations de croissance externe. Il devrait ainsi annoncer « dans un mois ou deux » une nouvelle acquisition dans le secteur de l’informatique hospitalière.

Pour rappel, Softway Medical a déjà acquis en 2017 l’éditeur Soft Santé, spécialisé dans les soins à domicile (voir dépêche du 26 avril 2017) et l’éditeur Advance Medical, spécialisé dans la gestion du bloc opératoire, de la stérilisation, de l’anesthésie et du brancardage, en 2015 (voir dépêche du 27 octobre 2015). Il a obtenu en 2018 la certification « Qualité hôpital numérique » (QHN) pour l’intégralité de son logiciel Hôpital Manager* (voir dépêche du 14 février 2018).

rm/ab

https://www.ticsante.com/Softway-Medical-s-affiche-comme-la-premiere-alternative-aux-editeurs-historiques-de-SIH-NS_4127.html